Une dimension supplémentaire

Double écran et stéréo passive

Un miroir semi-transparent (50% de réflexion et 50% de transmission) est au coeur de ce montage. La photographie de gauche en révèle la structure, tandis que celle de droite présente le dispositif équipé de ses deux écrans LCD.
Moniteur3D

La photographie ci-dessous présente le dispositif en fonctionnement. Les 2 images (l’une affichée par l’écran du fond et l’autre obtenue par réflexion sur le miroir) apparaissent avec une intensité équivalente.

Moniteur3D2

De très simples lunettes en carton à filtres à polarisation linéaire permettent d’affecter à chaque oeil l’image qui lui est destinée et de bénéficier ainsi d’une perception stéréoscopique.

Les photographies qui suivent présentent le filtrage opéré par les lunettes. On remarque que sur l’image de gauche, seule apparaît l’image provenant du moniteur du fond. Alors que sur l’image de droite, la statuette est visible sur l’écran supérieur et, par réflexion, sur le miroir. Dans les 2 cas, le filtrage des lunettes a totalement occulté l’autre vue.

Moniteur3D3

Le couple stéréoscopique qui suit est une réduction de l’image JPS qui est affichée par le moniteur stéréoscopique. Du fait d’un montage adapté, la statuette semble léviter au centre de la boite.

Moniteur3D4

 

Photographie 3D en polarisation croisée

ImgPola03

Les propriétés de la lumière polarisée sont exploitées depuis longtemps en projection stéréoscopique et, plus récemment également par certaines technologies d’écrans 3D. Mais de tels usages, très spécifiques, ne doivent pas occulter d’autres applications (moins ludiques?…) telles que l’analyse scientifique d’organismes, de substances, matières ou minéraux. Sans disposer de matériel adapté à la photomicrographie en lumière polarisée, il est tout de même possible d’obtenir de très belles images à l’aide d’accessoires plus communs.
Certaines matières transparentes, en dépolarisant la lumière qui les traverse, vont apporter des informations sur leur structure, sur les contraintes internes, révéler des fragilités. En particulier, un objet très commun tel qu’un boîtier de CD Rom peut devenir un sujet d’expérimentation très intéressant.
Pour produire les images de cette page, le dispositif suivant a été mis en oeuvre.

ImgPola00

 

Les deux polariseurs sont des filtres linéaires dont les plans de polarisation sont orientés perpendiculairement. Le boitier en plastique est placé entre ces deux filtres.
L’image de gauche, ci-dessous, présente une photographie prise sans le deuxième polariseur (l’ « analyseur »), alors que pour la vue de droite, ce dernier a été mis place.

ImgPola0102

 

Cette dernière image de gauche présente une illumination par transparence d’un boîtier, par une lumière qui a été polarisée par le premier filtre. L’analyseur, mis en place sur la photographie de droite, produit une extinction totale de la lumière qui ne traversait pas le boitier mais surtout, nous révèle la structure interne de ce dernier par une riche palette de couleurs. Renouveler l’expérience avec des boîtiers différents pourra mettre en évidence certains défauts particuliers qui auront pour effet d’enrichir agréablement les images.

Les épaisseurs d’un objet comme un boîtier de Compact Disk sont relativement faibles, mais tout de même suffisantes pour tenter d’en restituer des vues en relief par des captures décalées. Les images qui suivent sont des couples stéréoscopiques adaptés à une vision croisée. La deuxième image présente un « zoom » effectué sur la première.

ImgPola10

 

ImgPola10b